BONJOUR A TOUS CHOSEN EST PRET A VOUS ACCUEUILLIR.


Vous pouvez des maintenant vous inscrire.
Si vous souhaitez nous rejoindre, ou êtes interessé et voulez rester en contact,
 reserver un perso, n'hésitez pas à nous contacter

Il nous reste quelque petit choses à finir
Mais n'hésitez pas a nous rejoindre faire vos fiche des à présent
On attend que vous 

Partagez | .
 

 Mission2 suite: Déclaration de guerre...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Mission2 suite: Déclaration de guerre...   Jeu 17 Jan - 18:41

La nuit, la mort, un monde plongé dans les ténèbres, rongé par le chaos, une nature souillé, un espace vitale qui venait à être restreint. Cette nature si puissante… Et son plus puissant soldat était libéré sur ce terrain de jeu, des quatre éléments, la terre était le plus faible car omniprésente, la terre était la Terre, son champs d’action était restreint, et pourtant ses séismes étaient craints de pars le monde. Venait ensuite l’eau, maitre d’un ample domaine, d’ailleurs vu de l’espace il semble dominer toute la planète, l’eau amène la tempête, les typhons, les vents puissants, il partageait sa place avec l’air, mais qui des deux étaient prédominant ? Peu importe, ces deux éléments liés provoquaient de grands cataclysmes. Le feu est en numéro deux des éléments les plus puissants, se nourrissant de chaque matériau, rongeant les chaires et les écorces, un symbole de puissance et d’immortalité, amenant la renaissance et la destruction du mal. Puis enfin… Le plus rare…le seul élément que l’homme ne puis domestiquer à l’état naturel et ne puissent combattre, il était le plus rare… et le plus puissant, à chacune de ses apparitions, il dominait par la puissance de sa voix et celle de ses coups… La foudre. La foudre n’était elle pas d’ailleurs le symbole des grands ? Zeus, Odin… Les plus grands dieux possédaient cet attribut. Mais aujourd’hui, se dressant parmi les grands, Arès, il avait choisi de porter le même nom que le dieu de la guerre, et il était toujours surpris de voir les ressemblances qu’ils partageaient.

Arès… Il représentait le côté négatif de la guerre, la mort des soldats, la souffrance d’un peuple, la déchéance d’un territoire, la destruction d’une civilisation. C’était Athéna, une princesse guerrière, née dans son écrin en armure qui avait hérité des bons côtés, la victoire, l’espoir, la survie…

Athéna… Le dieu Arès et elle se vouaient une haine sans nom et tout leur était prétexte à s’affronté. Rejeté par son père, Zeus, haï par sa mère, Héra, il se battait lui-même parmi les hommes avec sa sœur Eris, ses fils Deimos et Phobos ainsi qu’Enyo, déesse des batailles.

Les concordances entre ce deux Arès était tellement monter à la tête du démon qu’il lui venait parfois à l’esprit qu’il était en fait la résurrection du dieu qui banni par les dieux olympiens se serait trouvé parmi les hommes, ou plutôt… parmi les démons, promettant de se venger…

Arès referma subitement son livre et leva les yeux vers lui, la nuit était sombre dans ce cimetière, seul endroit ou sa foudre ne tombait pas. Le silence n’était donc perturbé que par le tonnerre qui accompagnait l’éclair dans leurs attaques meurtrières. Mais maintenant, un nouveau son attira son attention, il aperçu dans la pénombre, une ombre se faufilant parmi les tombes jusqu'à s’arrêter devant celle ou il était assis. Il s’était reposé sur la tombe d’un nourrisson, mort né, vie insignifiante qui avait préférer mourir plutôt que de souffrir dans une humanité pourri jusqu'à la moelle.

La créature à l’apparence humaine mais aux traits déformés par quelques transformations physiques dues à sa nature de vampire, s’agenouilla en face de lui.

-Maître ! J’ai fait selon votre bon désir… Elles arrivent ! Lui dit-il tout en reprenant sa respiration.

-Combien sont-elles ? Demanda t-il d’une voix douce et mielleuse.

-Trois Monseigneur, mais l’une d’elle, plus rapide que les autres s’est détachés du groupe ! Ho maître donner moi ma récompense !

-Que t’avais-je promis déjà ?

-L’immortalité mon maître, le pouvoir de ne plus craindre ces tueuses !

-Ha oui je me souviens. Dit il en se levant, les pans de son long manteau de cuir tombèrent sur ses chevilles et il rangea son livre dans l’une de ses poches. Son regard était d’un bleu électrique, il était grand et avait une musculature imposante. Il regarda d’une manière hautaine et avec dédain la pitoyable créature à ses pieds. Oui je me souviens, alors lève toi vampire, ne veut tu pas embrasser ta nouvelle condition la tête haute et avec fierté ?

-Oui maître ! Répondit-il d’une petite voix aigue comme un crapaud imbécile se redressant de tous son long face à lui. Arès fit alors apparaître son épée.

-L’épée de la destinée, elle bénie ceux qui le mérite et leur donne la vie éternel, le mérites-tu ?

-Oui !

-Bien… Un nouvel éclair zébra l’espace, mais cette fois il était du à la trajectoire circulaire de la lame. La tête du vampire sauta dans les aires comme un bouchon de champagne et disparu en poussière dans la seconde qui suivit.

-Et oui pauvre imbécile, la mort rend éternelle, et tu n’auras plus à craindre les tueuses…

Il releva la tête et vit une autre silhouette courir vers lui, la jeune femme s’arrêta et posa ses mains sur ses jambes pour reprendre son souffle.

-Ouf ! Merci ! Il était rapide celui là, j’ai cru que je ne l’aurais jamais !

Arès ne dit pas un mot et la détailla de son regard. Elle était jeune et belle, les blés illuminés par un soleil de Mars se reflétaient dans ses cheveux, son teint blanchâtre laissait penser qu’elle vivait plus la nuit que le jour, elle portait une veste en jean sur un débardeur rouge qui dans sa position laissait une vue plus qu’agréable au démon sur son décolleté. Elle se releva ensuite, un pieu dans chaque mains et demanda gaiement :

-Au fait, qui es-tu ?

Un sourire démoniaque révélant ses crocs apparut sur le visage d’Arès. L’épée qui était dans sa main fendit l’air une fois de plus et transperça la jeune tueuse dont les traits si jeune et si doux furent déformés par la surprise et la douleur. Replié sur elle-même, elle regarda la lame entrer dans son corps chétif bien que musclé et sentit son sang glissé sur la lame et coulé dans son dos.

-Pour…quoi… Hoqueta-t-elle avant de tomber au sol alors qu’il dégageait son arme couverte de sang. Arès lui répondit alors.

-Parce que c’est amusant de voir la bêtise des soldats d’Athéna…

La jeune femme ne comprit pas et sombra dans un coma profond, alors que quelques années plus loin, un cri retenti, il y’avait donc eu des témoins ? Il perdait donc son effet de surprise mais il allait sans doute s’amuser plus. A en juger par le cri qui venait d’être pousser, la jeune éventré se prénommait Lola.

-Toi, tu viens de faire l’erreur de ta vie ! Cria l’une des tueuses qui jaillit de derrière une des tombes et atterri entre le démon et sa victime. Arès mit un peu de distance et entendit une voix derrière lui.

-Dit nous au moins ton nom histoire qu’on ait quelque chose à écrire sur la croix qui marquera ta tombe…

-Bien ! Pas mal ! S’exclama t’il l’air ravi. M’avoir encerclé était une très bonne idée jeune tueuses sachant que vous ne me connaissez pas… L’erreur… Sa voix se fit plus mielleuse. L’erreur voyez vous c’est qu’au lieu de vous présentez ainsi, vous auriez mieux fait d’amener tout de suite votre amie…

-Et te laisser une chance de t’enfuir ? Pas question ! lui répondit la tueuse en face de lui.

-Cela aurait pourtant allongé vos lignes de vies… Je pensais qu’Athéna apprenait à ses soldats qu’on n’attaquait pas son ennemie sans le connaître un minimum…

Le silence se fit un moment, Arès fixait le regard de la tueuse qui se trouvait devant lui, lorsqu’il la vie alors dévier son regard, il fit un pas sur le coté tout en écartant son bras droit, un bras armé d’un pieux apparu alors, s’il n’avait pas fait ce pas, le pieu aurait fini entre ses côtes, mais l’inexpérience de ses adversaires était telle qu’il avait l’impression de combattre des nouveaux nés. Il bloqua le bras de l’assaillante et le lui brisa aussi simplement que si cela n’avait été qu’une branche de bois mort. Celle qui se pensait prédatrice s’était retrouvé proie et hurla sa douleur en lâchant son pieu de bois. Arès recula alors légèrement son pied droit, le plaçant de façon perpendiculaire au pied gauche, puis fit tourner dans le même sens son bassin puis ses hanches, puis ce fut l’épaule qui finit de donner l’élan nécessaire au poing qui fracassa d’un puissant revers la mâchoire de la jeune femme. Celle-ci fut envoyée au sol quelques mètres plus loin. Arès la regarda en ricanant de manière supérieure.

-Leçon numéro 1 : ne jamais sous-estimé un adversaire dont on ignore tout.

Il se retourna ensuite assez rapidement pour bloquer le poignet de l’autre tueuse qui visait sa nuque cette fois. Mais avant qu’elle ne subisse le même sort que sa coéquipière, elle parvint à se dégager. Néanmoins lorsqu’elle aperçu la marque rouge sur sa peau, elle se rendit compte qu’en un rien de temps son adversaire avait exercé une énorme pression sur elle. Le rire léger et jovial du démon lui fit lever les yeux vers lui, elle n’allait par abandonner pour autant.

Elle se précipita sur le démon qui avait toujours son épée dans la moindre mais qui semblait ne pas avoir besoin de l’utiliser. Il esquiva tout les coups de justesse, du moins c’est ce qu’il laissait penser. Après tout, pourquoi se déplacer de plusieurs mètres quand quelques centimètres suffisent. Au fil des coups, des techniques, bref au fil du combat, le rire démoniaque se faisait de plus en plus bruyant, il s’amusait devant l’incapacité de son adversaire. Ce combat reflétait bien l’expression « la danse d’Arès » qui désignait la guerre dans les temps anciens. Souhaitant lui montré sa supériorité en tout points, il planta son épée dans le sol, enfonça son poing gauche dans le ventre de la jeune femme qui eut la respiration coupé puis la mit définitivement KO Par un coup de poing qui s’abattit sur tout le coté gauche du doux visage de la jeune femme. Celle-ci retomba sur le coin d’une tombe et fut assommé.

Soudain la présence de deux, peut être trois personnes très puissantes se fit ressentir, il y’avait une sorcière … et un être qui n’était ni humain, ni démon, ni vampire… une créature céleste ? Cela réveilla les instincts les plus carnassiers enfouis dans son esprit. Mais non, pas maintenant, il n’était la que pour une déclaration de guerre, il regarda autour de lui…

Un tas de cendre, une fille plus morte que vive, une deuxième ayant écopé d’un traumatisme crânien et la troisième, incapable de se battre, la mâchoire déboité, et le bras cassé. A celle là, il lui dit :

-Je ne donne jamais mon nom à ceux qui ne le mérite pas, appel-moi…Brotoloigós !

Il reprit enfin son épée et s’en alla, disparaissant dans les ténèbres de la nuit, laissant derrière lui les méandres d’un carnage trop tôt arrêter… Mais une autre mission l’attendait, en un autre endroit, après tout, une guerre nécessite bien une armée…
Revenir en haut Aller en bas
 

Mission2 suite: Déclaration de guerre...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Déclaration de guerre (pv Raphaël) [terminé]
» Déclaration de guerre du puissant chef vodou Max Beauvoir contre des evangeliste
» Empty chairs at empty tables [Adonis&Silk]
» Argentine: ouverture d'un nouveau procès pour crimes de guerre lors de la dicta
» Chef de Guerre sur Cannon Io... euh... moto

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chosen Ones :: Archives :: Mission 2-